image

Militant infatigable de la cause palestienne, pourfendeur invétéré des Israéliens, Azmi Bishara s’est montré sceptique à propos du sommet de la Ligue arabe, qui doit se tenir en mars prochain à Bagdad.

 

 Echorouk a eu le privilège et l’honneur de recevoir pour son Forum, le militant arabe Azmi Bishara, qui a aussi été accompagné d’un grand nombre de figures politiques illustres, comme Abdelhamid Mehri, pour ne citer que le plus connu. Azmi Bishara n’a pas choisi un vocabulaire « politiquement correct » pour attaquer de fronts les dirigeants arabes et mettre le doigt sur la plaie, lais a été direct, incisif et sans détour. Militant infatigable de la cause palestienne, pourfendeur invétéré des Israéliens, Azmi Bishara s’est montré sceptique à propos du sommet de la Ligue arabe, qui doit se tenir en mars prochain à Bagdad, à l’ombre de pressions occidentales, de troubles internes et de violations américaines graves, dont les scandales de « WikiLeaks » ne sont que la face visible. Azmi préconise de boycotter ce sommet arabe qui va se tenir dans un pays qui ne s’est pas encore relevé du colonialisme américain, ni de l’influence iranienne. Pour Azmi Bechara, ce sera un sommet « de la zone verte », en allusion au carré sécuritaire imposé aux officiels, car au-delà c’est le chaos, et personne ne maitrise rien du tout. Pour Azmi Bishara, l’organisation du sommet dans la zone verte de Bagdad doit être dénoncée, et il s’est dit avec les dirigeants arabes qui sont en train de remettre en cause une pareille capitale, dans de pareilles situations, pour le sommet arabe. Allant encore plus loin, Bishara affirme que le fait que le ministère des Affaires étrangères irakien qui a été dévolu à Hoshyar Zebari doit être un axe de fixation plus dangereux encore, car « personne n’ignore d’où est issu Zebari et quels liens cette zone entretient avec Israël », en allusion au Kurdistan, d’où est issu Zebari, lequel entretient, ou est totalement infiltré par Israël, comme tout le monde le sait.

Bio-express

Azmi Bishara est issu d'une famille chrétienne palestinienne. Il devient membre de la Knesset en 1996, et est l'un des membres fondateurs du parti Balad. Il défend l'option d'un « État de tous les citoyens » et la laïcité par opposition au concept d'« État juif » et critique dans cette optique l'idéologie sioniste d'Israël. Azmi Bishara publie également des ouvrages en langues arabe, anglaise, allemande et hébraïque, sur les sujets de la démocratie et de la société civile, sur les droits des minorités nationales en Israël, sur l'islam et la démocratie et sur la question palestinienne, au sein de la société israélienne, dans les Territoires occupés et dans les autres États. Le 22 avril 2007, il démissionne de son poste de député, accusant les autorités de le persécuter pour ses positions politiques. Visé par une enquête policière dont on ignore les motifs, il a quitté le pays il y a déjà plusieurs semaines. Il est remplacé à la Knesset par Saïd Nafa, quatrième sur la liste du Balad. Bichara assure avoir quitté le pays pour des vacances familiales et des conférences dans les pays arabes, et non pour se soustraire à l'enquête de police. Il a déclaré à Al Jazeera qu'il rentrerait en Israël, sans dire quand, et qu'il avait démissionné pour empêcher ses adversaires de lui ôter son immunité parlementaire. Le 25 avril 2007, la police déclare que Bichara est accusé de crime contre la sécurité d'Israël, de collaboration avec le Hezbollah libanais pendant l'invasion israélienne de 2006.

 

 

Nombre de lectures : 123

Article original: http://www.echoroukonline.com/fra/actualite/7301-le-penseur-arabe-azmi-bishara-au-forum-echorouk-%3A-%C2%AB-les-dirigeants-arabes-doivent-boycotter-le-sommet-de-bagdad-%C2%BB.html

Partagez cet article

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn