Thaïlande : trois morts à Bangkok, appel au report des élections

Des manifestations et des violences continuent de secouer la Thaïlande. Ce jeudi, des manifestants ont pénétré de force dans le bâtiment où se tenait une réunion entre la commission électorale et...

Thaïlande : trois morts à Bangkok, appel au report des élections

Des manifestations et des violences continuent de secouer la Thaïlande. Ce jeudi, des manifestants ont pénétré de force dans le bâtiment où se tenait une réunion entre la commission électorale et le concernant l'organisation des prochaines législatives. La commission électorale a aussitôt appelé au report du scrutin. «Les du 20 juillet ne sont plus possibles. Elles doivent être reportées», a assuré ainsi le secrétaire général de la commission, Puchong Nutrawong.

Dans la rue, de nouvelles violences ont éclaté. Tôt jeudi matin, à Bangkok (3 heures heure locales, 22 heures en ), deux grenades M79 ont été lancées sur un camp de manifestants près du Monument de la Démocratie, un des lieux de rassemblement emblématiques des opposants au gouvernement. L'attaque, survenue en plein quartier touristique, non loin de la zone des ministères et du siège du gouvernement, a fait trois morts dont «un manifestant qui dormait au Monument de la Démocratie» et «un garde qui a succombé à ses blessures par balles», selon Wallop Prathummuang, responsable de la police. Selon le centre de secours Erawan, on déplore également 24 blessés.

 
Bangkok, jeudi matin. Des policiers procèdent à des relevés scientifiques sur les lieux de l'attaque à la grenade. AFP PHOTO/ Nicolas ASFOURI

Déjà 28 morts depuis six mois

Les deux nouvelles victimes de jeudi portent à 28 le nombre de morts depuis six mois, le plus souvent lors de tirs d'origine inconnue, dont les deux parties s'accusent. Ces attaques ont également fait des centaines de blessés, la plupart par balles ou explosion de grenades.

Après des semaines d'accalmie, ce regain de violence survient alors que l'opposition se targue d'être dans sa dernière ligne droite contre le gouvernement intérimaire, une semaine après la destitution de la Première ministre Yingluck Shinawatra. Les manifestants d'opposition, qui campent sur plusieurs sites de Bangkok, notamment devant le siège du gouvernement, réclament la nomination d'un Premier ministre "neutre" par le président du Sénat (connu pour son opposition au parti au pouvoir), faute d'avoir réussi jusqu'ici à faire bouger les militaires en faveur d'un coup d'Etat.

Les Chemises rouges, puissant mouvement rassemblant les partisans du gouvernement, nombreux parmi la population rurale du nord et du nord-est du pays, ont mis en garde l'opposition contre un risque de guerre civile si elle s'obstinait à vouloir faire tomber ce qui reste du cabinet.

 

Source de l'article: http://www.leparisien.fr/international/thailande-nouvelles-violences-a-bankok-appel-au-report-des-elections-15-05-2014-3842321.php

Partagez cet article

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn