Loi martiale imposée en Thaïlande.

La journée de mardi avait été également marquée par une libération. La junte militaire avait en effet affirmé avoir« relâché » l'ex-première ministre thaïlandaise, Yingluck Shinawatra, détenue depuis vendredi. Chaturon Chaisaeng, ministre de l'

 

Loi martiale imposée en Thaïlande.

 

La journée de mardi avait été également marquée par une libération. La junte militaire avait en effet affirmé avoir« relâché » l'ex-première ministre thaïlandaise, Yingluck Shinawatra, détenue depuis vendredi. Chaturon Chaisaeng, ministre de l'éducation du gouvernement renversé, était au même moment interpellé en plein point presse.

INQUIÉTUDE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

L'armée continue donc à souffler le chaud et le froid depuis le coup d'Etat du jeudi 22 mai. Les militaires ont détenu des centaines de personnalités depuis  leur arrivée au pouvoir. Ils ont interdit les manifestations, coupé les télévisions pendant plusieurs jours et promis de surveiller les réseaux sociaux.

Justement, mercredi, des internautes thaïlandais ont éprouvé des problèmes d'accès à Facebook. Certains ont évoqué un blocage du site par la junte, qui s'est défendue d'être à l'origine du problème. « Nous n'avons pas ordonné le blocage de Facebook. Ce n'est pas la politique du Conseil national pour la paix et l'ordre [le nom officiel de la junte] », a assuré le porte-parole du régime, le colonel Winthai Suvaree.

Il est intervenu ensuite à la télévision nationale, interrompant les programmes, pour répéter ces dénégations. « Facebook a connu de légers problèmes techniques, et le ministère de l'information et des technologies de la communication essaye de les régler », a-t-il ajouté.

Selon le Bureau de protection et de répression des crimes technologiques, organe officiel interrogé mercredi par l'AFP, 330 sites ont été fermés depuis le coup d'Etat jeudi dernier.

Source de l'article: http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/05/28/thailande-liberation-des-meneurs-des-chemises-rouges_4427826_3216.html#xtor=RSS-3208

Partagez cet article

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn