La lutte contre les réseaux de drogue s'intensifie et l’étau se resserre davantage autour des membres de ce trafic.
Les services de la Gendarmerie nationale qui semblent engagés dans un combat acharné contre les réseaux du kif ne cessent non seulement de cu

 

La lutte contre les réseaux de drogue s'intensifie et l’étau se resserre davantage autour des membres de ce trafic.
Les services de la Gendarmerie nationale qui semblent engagés dans un combat acharné contre les réseaux du kif ne cessent non seulement de cumuler des saisies de fortes quantités de kif traité mais parviennent également à mettre hors d'état de nuire de quelques «gros bonnets» versés dans ce genre de trafic. Un baron de la drogue, résidant à Alger, qui  tentait de fuir le pays après avoir su que ses deux acolytes ont été  arrêtés à El Tarf et que sa marchandise prohibée estimée à 300 kilos de kif traité a été saisie, a été appréhendé ce week-end à l'aéroport d'Alger. A cette quantité  considérable, s'ajoute les 17 quintaux que les éléments de la gendarmerie viennent de récupérer dans la wilaya de Mascara.

Cette prise a été rendue possible suite à l'interception d'un camion de marque Renault, abandonné par les narcotrafiquants en bordure de la RN4, plus précisément près du village Zeghloul, commune de Zehana, indique-t-on de source sécuritaire.

Les 17 quintaux de kif saisis étaient soigneusement dissimulés à l'intérieur de ce camion, ajoute la même source qui fait savoir qu'une enquête a été aussitôt ouverte. Les investigations entamées dans ce cadre se sont traduites par l'arrestation de deux personnes originaires de Tlemcen, ville frontalière de l'ouest algérien.

Les recherches menées par les gendarmes de Mascara ont également permis la récupération d'une autre quantité de drogue estimée à 12,5 quintaux. C'est donc un total de plus de 18 quintaux de kif traité qui ont été saisis à travers le traitement de cette affaire qui demeure toujours en cours. Elle confirme à elle seule l'étendue du trafic de drogue qui ne cesse de faire des ravages dans le pays ainsi que les ramifications tissées par les réseaux de trafic dotés de complicités dans plusieurs wilayas du pays.

«Les mécanismes de lutte mis en place par le commandement de la Gendarmerie nationale ne cessent de s'adapter  au fur et à mesure de l'évolution de ce genre de criminalité et compte tenu des nouveaux  procédés utilisés par les narcotrafiquants», nous confie un officier supérieur relevant de la même corporation. Il argue son propos en rappelant la saisie record de drogue opérée par la gendarmerie durant l'année écoulée. C'est en effet un total dépassant les 130 tonnes de kif traité que les gendarmes ont saisi en 2013.

La valeur de cette marchandise prohibée représentant 53% des saisies de drogue effectuées durant la même année est estimée à quelque 580 millions de dollars. Quelque 190 individus ont été interpellés durant la même période.  Le trafic de drogue demeure l'une des principales menaces pour la sécurité du pays, a précisé en mars le colonel Benaâmane

Mohamed Tahar, le directeur de la sécurité publique au commandement de la Gendarmerie nationale. Le même intervenant ne manquera pas, par ailleurs, d'évoquer une connexion avérée entre les réseaux de drogue et les organisations terroristes sévissant dans la région du Sahel.
 

Karim Aoudia

Source de l'article: http://www.letempsdz.com//content/view/121958/177/

Partagez cet article

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn