Organisé par le Haut conseil islamique (HCI), un colloque international sous le thème « La protection de l’environnement dans l’Islam et les études scientifiques contemporaines », a débuté, hier, à Alger avec la participation de théologiens et d’hommes de sciences algériens et étrangers.Cette rencontre de trois jours traitera de différentes questions, telles que l’éthique environnementale, la protection de l’environnement à la lumière des enseignements de l’Islam et les finalités supérieures de la Charia. « Le double objectif de cette rencontre consiste à toucher aux problèmes qui intéressent la société et qui visent à améliorer les relations entre les citoyens, d’une part, et cultiver les grandes valeurs de la morale qui viennent de l’éthique de l’Islam et des philosophies mondiales, d’autre part », a indiqué le président du HCI, Cheïkh Bouamrane, en soulignant qu’il n’y a pas de séparation entre l’Islam, les autres textes sacrés, et la recherche scientifique. « La foi et la raison vont de pair en Islam et dans toutes les sociétés civilisées, car la spiritualité et la raison nous mènent à la découverte et à la pratique », a-t-il expliqué. Invité au séminaire, le président du CRCM Rhôme Naples, Dr Azzeddine Gaci, a donné une communication à propos des idées du Prince Charles de Galles, héritier du Trône d’Angleterre qui avait appelé, en juin 2010, à s’inspirer des préceptes de l’Islam dans le cadre des efforts visant à sauvegarder l’environnement. « La destruction de l’environnement par l’homme est contraire aux enseignements religieux en particulier l’Islam », avait souligné le Prince hériter au centre d’études islamiques d’Oxford (OCIS). Pour sa part, le chercheur établi à Paris, Mohammed Jamil Cherifi, a souligné que de nos jours, la bioéthique cherche à restituer dans toute découverte et dans tout progrès scientifique la primauté essentielle de l’Homme et l’écologie sous sa forme actuelle et place la qualité de la vie au cœur de la préservation de l’avenir par le respect de l’environnement.
A noter que la rencontre sera sanctionnée, demain, par des recommandations sur une éthique islamique appliquée notamment à la gestion des ressources en eau, à la pollution atmosphérique et aux changements climatiques.

Source de l'article: http://www.horizons-dz.com/actualite/20232.html

Partagez cet article

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn