image

Les ministres de la pêche des pays de l’Union européenne avaient rendez-vous lundi 14 juillet à Bruxelles pour évoquer le sort des ressources halieutiques de Méditerranée. La situation des poissons de la grande Bleue est alarmante, avec de nombreuses espèces menacées de disparition.

Selon un récent communiqué de la Commission européenne, les plus concernés sont les poissons de fond - rascasse, saint-pierre, bar- dont 96% des stocks seraient surexploités. Suivent les poissons d’eaux médianes -anchois, sardines- avec 71% des populations en péril. “Si nous n'agissons pas maintenant, nous perdrons l'énorme potentiel que ces ressources représentent pour les générations futures”, alarme la commissaire européenne à la Pêche, la grecque Maria Damanaki.

Le problème n'est évidemment pas propre aux eaux européennes, et une grave pénurie de sardines avait également défrayé la chronique l'an dernier en Algérie. Hocine Bellout, le président du Comité national des marins pêcheurs, avait alors pointé du doigt les méthodes de pêche des marins algériens et la pollution.

Les solutions avancées par la Commission pour enrayer le fléau? Mettre en place des régulations régionales afin de protéger les jeunes poissons menacés d’extinction, la plupart étant pêchés avant même d’avoir pu se reproduire. Le phénomène est d’autant plus difficile à enrayer que la quasi-majorité des pêcheurs se déplacent sur un vaste territoire et utilisent de grands filets qui piègent toutes les espèces sans distinction.

Les autorités politiques et scientifiques ne perdent cependant pas espoir de sauver les espèces menacées, citant en exemple la réduction de la surpêche de 86% à 41% dans l’Atlantique du Nord-Est au cours des cinq dernières années, grâce à l’instauration de quotas et d’une surveillance renforcée.

Read more http://www.algerie-focus.com/blog/2014/07/certaines-especes-de-poissons-tres-en-danger-en-mediterranee/

Partagez cet article

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn