image

 

     Les Amis du peuple syrien, un  groupe rassemblant les principaux soutiens arabes et occidentaux aux rebelles,  vont reconnaître la nouvelle Coalition de l'opposition comme le "représentant  légitime" du peuple syrien mercredi lors d'une réunion au Maroc.    Cette décision permettrait de renforcer encore un peu plus la légitimité de  cette Coalition, un an et demi après le début de la révolte contre le régime de  Bachar al-Assad qui s'est transformée en guerre civile.    Les participants "reconnaissent la Coalition nationale (syrienne) comme le  représentant légitime du peuple syrien", est-il écrit dans un document qui doit  être soumis à adoption lors de la réunion à Marrakech (sud) et dont l'AFP a  obtenu une copie.    Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a exhorté les  participants à reconnaître également individuellement cette Coalition.    "Nous le faisons globalement, mais il faut que chacun de nous, dans son  pays, si ça n'a pas déjà été fait, le fasse", a-t-il dit.    "Bachar al-Assad a perdu toute légitimité et devrait renoncer (au pouvoir)  afin de permettre le déclenchement d'un processus politique de transition",  est-il en outre précisé dans le texte.    Le document prévient en outre Damas que l'utilisation d'armes chimiques  --comme certains pays en ont émis la crainte-- entraînerait une "réponse  sévère" de la communauté internationale, sans autre détail.    Le groupe, qui se retrouve pour la quatrième fois au niveau ministériel,  rassemble plus d'une centaine de pays occidentaux et arabes, d'organisations  internationales et des représentants de l'opposition au régime de Bachar  al-Assad.    Cette réunion est la première depuis l'annonce, il y a un mois à Doha, de  l'unification de l'opposition, sous pression américaine notamment.    Emboîtant le pas de pays comme la France et la Grande-Bretagne, les  Etats-Unis ont reconnu la Coalition mardi soir.    Peu auparavant, Washington avait placé les rebelles du Front al-Nosra sur  sa liste des organisations terroristes étrangères. Ce groupe a revendiqué la  plupart des attentats suicide en Syrie et s'est imposé en 2012 sur la  quasi-totalité des fronts.    Cette décision a été condamnée par un chef du conseil militaire de l'Armée  syrienne libre (ASL, composée de déserteurs et de civils ayant pris les armes)  de la région d'Alep (nord), et qualifié d'"erreur" par les Frères musulmanssyriens.

   

Source de l'article: http://ennaharonline.com/fr/news/16777.html

Partagez cet article

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn