image

    Les trois Casques bleus tués jeudi par  un de leurs collègues dans la région soudanaise du Darfour étaient Ethiopiens,  tout comme le tireur qui s'est ensuite donné la mort, a indiqué samedi à l'AFP  une source proche du dossier. "Tous étaient Ethiopiens", a déclaré cette source, sous couvert de  l'anonymat.Vendredi, la force conjointe ONU-Union africaine de maintien de la paix au  Darfour (Minuad) avait indiqué qu'un de ses soldats avait tué par balles trois  de ses collègues et blessé un quatrième, avant de se donner la mort. La porte-parole de la Minuad avait expliqué que la fusillade avait eu lieu  jeudi sur une base de la mission Mukjar, dans le Darfour-Ouest, sans préciser  les nationalités des soldats. Alors que la Minuad a ouvert une enquête sur les circonstances ayant  conduit à cette fusillade, la source proche du dossier a souligné que les  Casques bleus vivaient dans un environnement stressant, "en permanence dans des  endroits dangereux et loin de leurs familles". Le 2 octobre, quatre soldats nigérians de la Minuad avaient été tués dans  l'ouest du Darfour dans l'embuscade la plus meurtrière de l'histoire de la  mission. Une autre attaque en octobre avait tué un cinquième soldat nigérian.    Ces décès avaient porté à 43 le nombre de Casques bleus tués au Darfour  depuis 2007, année où ils ont été déployés pour tenter de faire cesser les  hostilités entre les rebelles et le gouvernement soudanais.

Source de l'article: http://ennaharonline.com/fr/international/17012.html

Partagez cet article

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn