Venezuela Manif

Plusieurs milliers de Vénézuéliens se sont rassemblés jeudi dans le centre-ville de Caracas pour exprimer leur soutien au président Hugo Chavez, hospitalisé à Cuba depuis un mois et dans l’incapacité de prêter serment ce 10 janvier comme prévu par la Constitution après sa réélection en octobre.

Les partisans de Hugo Chavez ont commencé à se rassembler dès les premières heures de la matinée dans une ambiance bon enfant devant le Palais présidentiel de Miraflores, ont constaté des journalistes de l’AFP, pour un grand rassemblement populaire convoqué par le gouvernement en l’honneur du président, opéré pour la quatrième fois d’un cancer le 11 décembre à La Havane et invisible depuis.

Sur plusieurs estrades installées autour de la présidence, des musiciens et membres du parti socialiste au pouvoir invitaient les partisans de Hugo Chavez, pour la plupart vêtus de rouge, à chanter et scander des slogans.

Le seul président ici s’appelle Hugo Chavez, et nous devons le défendre coûte que coûte, exhortait notamment un de ces animateurs.

Le seul président ici s’appelle Hugo Chavez

Je serais aussi venu si Chavez avait prêté serment aujourd’hui. Son absence ne change rien. Nous le portons dans notre coeur, déclarait de son côté à l’AFP Luis Brito, un professeur de 60 ans venu de Puerto la Cruz, dans le nord-est du pays.

Nous allons prêter serment avec cette Constitution. C’est un jour historique, parce que commence le mandat 2013-2019 du président, avait déclaré mercredi soir devant ses ministres le vice-président Nicolas Maduro, à qui Hugo Chavez a confié une partie de ses pouvoirs avant de quitter le pays le 10 décembre dernier.

Plusieurs chefs d’Etat de pays amis sont attendus pour assister à cette manifestation dans la capitale, dont le Bolivien Evo Morales, le Nicaraguayen Daniel Ortega et l’Uruguayen José Mujica.

Mercredi soir, le bras de fer entre le gouvernement et l’opposition, qui protestait contre le vide institutionnel provoqué par l’absence du président, a quasiment pris fin lorsque l’opposant principal, Henrique Capriles, a annoncé qu’il acceptait le feu vert donné plus tôt dans la journée par le Tribunal suprême de justice (TSJ) à un report de l’investiture.

Le Tribunal suprême de justice a tranché

La juridiction suprême a considéré que la prestation de serment du président, réélu en octobre, pourra intervenir à une date postérieure au 10 janvier devant le TSJ et que son gouvernement et le vice-président resteront en fonctions au-delà de cette date, arguant du principe de la continuité administrative.

M. Capriles, qui avait dénoncé pendant plusieurs jours une forme de coup d’Etat institutionnel avec le maintien du gouvernement au-delà de cette date, a pris acte mercredi de cette interprétation du TSJ.

Maintenant c’est à vous, M. Maduro, que revient la responsabilité d’assumer votre charge et de gouverner, a déclaré M. Capriles.

L’opposant, battu par Hugo Chavez à la présidentielle d’octobre, a rappelé qu’il n’avait pas demandé à ses partisans d’aller risquer une confrontation jeudi dans les rues de Caracas.

Il a toutefois maintenu ses accusations de paralysie du gouvernement, répété que M. Maduro n’avait pas été élu et estimé que les instances ne doivent pas répondre aux intérêts d’un parti, visant indirectement le TSJ, souvent décrié pour ses décisions favorables au gouvernement.

Capriles prend acte mais continue ses attaques

L’Assemblée, dominée par le Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) de Hugo Chavez, a voté mardi une résolution accordant au président tout le temps dont il aura besoin pour se soigner.

Le Venezuela se trouve dans une situation inédite dans son histoire avec cette absence annoncée du président, au pouvoir depuis 1999, pour cette cérémonie d’investiture.

Mercredi soir, un haut-responsable de l’armée, Wilmer Barrientos, a indiqué que les postes frontières du pays avaient été renforcés pour assurer au peuple vénézuélien la sensation de paix qu’il requiert.

Le gouvernement a confirmé mardi que le président socialiste de 58 ans, dont l’état de santé continue d’inquiéter, resterait à la Havane jeudi sur recommandation de ses médecins après avoir été victime d’une grave infection pulmonaire, comme l’a révélé un communiqué des autorités lundi.

La juridiction suprême a écarté mercredi l’envoi d’une commission médicale à Cuba, demandé par l’opposition alors que le président demeure invisible depuis sa quatrième opération le 11 décembre d’un cancer dans la zone pelvienne diagnostiqué en juin 2011. La nature et la localisation exactes de ce cancer sont tenues secrètes par les autorités. (AFP)

Source de l'article: http://www.algerie1.com/international-2/les-venezueliens-dans-la-rue-pour-exprimer-leur-soutien-a-hugo-chavez/

Partagez cet article

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn