image
Sa petite frimousse avait fait le tour du monde. Il y a cinq jours, Shaïma avait été extraite du ventre de sa mère décédée dans un bombardement dans la bande de Gaza. Sa naissance inespérée lui avait valu le surnom de «bébé miraculé» et offrait une lueur d'espoir en pleine dévastation. Selon un médecin, le bébé est malheureusement mercredi. 

La petite souffrait d'une insuffisance respiratoire

Elle «souffrait d'une insuffisance respiratoire, consécutive à l'arrêt cardiaque de sa mère avant qu'elle ne naisse. Cette insuffisance a provoqué l'étouffement soudain du bébé», clarifie ce jeudi Abdelkarim al-Bawab, responsable de la maternité de l'hôpital Nasser de Khan Younès (sud).

«Les coupures d'électricité permanentes ont joué un rôle : les tubes utilisés pour insuffler de l'oxygène ne fonctionnaient pas correctement», ajoute-t-il.

Selon des proches, des chasseurs F-16 israéliens ont tiré deux missiles le 25 juillet sur le domicile de Shaïma al-Cheikh, 23 ans, et de son époux, dans une zone densément peuplée du centre de l'enclave palestinienne.

Shaïma était décédée durant le transport à l'hôpital après être restée une heure coincée sous les décombres. Son mari, un journaliste de radio, a été grièvement blessé. Une césarienne avait été pratiquée pour extraire le bébé, qui a reçu le nom de sa mère. «Dieu a protégé cet enfant pour moi», se consolait sa grand-mère, Mirfat Qanane.

Lire l'article a sa source

Partagez cet article

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn