La commission chargée de la révision constitutionnelle a pratiquement finalisé son rapport (Bensalah)

Le secrétaire général par intérim du Rassemblement national démocratique (RND) et président du conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, a indiqué dimanche à Alger que la commission technique chargée de la révision constitutionnelle a pratiquement finalisé son rapport.

Dans un entretien accordé au quotidien "El Khabar", M. Bensalah a affirmé que la commission technique chargée de l’élaboration du projet de Constitution amendée "a pratiquement finalisé son rapport et le soumettra au président Bouteflika à son retour".

"Je n’ai pas eu connaissance, ni en tant que responsable de parti, ni en tant que président du Conseil de la nation, que le travail de la commission a été interrompu au motif de l’absence du président de la République, actuellement en convalescence en France", a soutenu M. Bensalah.

Concernant l’éventualité d’un report de l’amendement de la Constitution, le responsable a fait savoir que les "informations" lui parvenant sur la santé du président de la République étaient "rassurantes" et que les institutions de l’Etat fonctionnaient normalement.

"Le Premier ministre accomplit son devoir tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays et le Parlement fonctionne normalement. Il n’y a donc aucun problème", a-t-il dit, précisant que les dossiers étaient traités et les instructions et orientations données aux institutions "émanaient" de la partie habilitée qui est le Président.

Concernant l’invocation, par certains, de l’article 88 de la Constitution sur la vacance présidentielle, M. Bensalah s’est inscrit en faux de cette thèse.

Certaines parties ont transgressé toutes les règles éthiques et politiques dans leur lecture, a-t-il dit, soulignant que l’article 88 de la Constitution était clair et qu’il définissait avec précision l’état de vacance.

"Actuellement, les motifs d’application de l’article 88 de la Constitution n’existent pas", a insisté M. Bensalah.

Revenant sur les réformes politiques, il a dit s’opposer à ceux qui prétendent qu’elles sont vouées à l’échec, estimant que la réalité et les chiffres pouvaient conforter ses affirmations.

Interrogé sur la Loi de finance 2013, le secrétaire général par intérim du RND a répondu que sa promulgation restait liée à son examen en Conseil des ministres.

Pour ce qui est de l’appel de certains partis politiques à une intervention de l’Armée pour "un rôle politique déterminé", M. Bensalah a indiqué que la position de son parti convergeait avec celle exprimée par le communiqué du ministère de la Défense, concernant l’attachement de l’armée à son rôle constitutionnel.

Evoquant la situation interne du RND, le responsable du parti a affirmé que les divergences au sein de la formation ne concernaient pas les orientations mais les pratiques. "Les différends sont surtout liés aux suites des candidatures sur des listes électorales", a-t-il encore soutenu.

"La tenue d’une session extraordinaire dans un climat serein constitue un tournant important dont les résultats seront palpables lors du prochain congrès prévu en décembre", a considéré M. Bensalah.

Pour la démission, janvier dernier, de l’ex président du RND, Ahmed Ouyahia, le secrétaire général par intérim a estimé que ce dernier avait pris en compte l’attachement d’une partie non négligeable des membres du parti au changement et qu’il a, en conséquence, opté pour la démission en vue d’éviter des scissions au sein du Rassemblement.

Concernant le prochain congrès, il a indiqué que le parti se devait de s’adapter aux changements fondamentaux du pays, ajoutant que ces préoccupations et d’autres, seront tranchées lors de cette prochaine rencontre qui examinera également l’orientation stratégique du parti et un projet de déclaration de politique générale.

Il a démenti que des organisations ayant contribué à la création du parti aient quitté ce dernier avant de préciser à propos de sa "possible candidature à la prochaine présidentielle" que, du fait de ses fonctions à la tête du Conseil de la nation et de ses responsabilités, il obéissait aux dispositions de la Constitution et des lois régissant l’action de la chambre haute du Parlement.

Source de l'article: http://www.letempsdz.com//content/view/97887/177/

Partagez cet article

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn