image

Pour faire face au chaos qui règne en Libye depuis plusieurs mois, l'Algérie est prête à toutes les transgressions. A commencer par la possibilité d’une intervention militaire conjointe avec l'Egypte.

Le journal francophone, El Watan, qui a donné cette information, évoque une coordination entre Alger et le Caire pour une éventuelle intervention militaire d’envergure en Libye afin de réduire la force de frappe des groupes djihadistes, qui progressent depuis quelques semaines à une vitesse fulgurante. Ces derniers se sont même emparé de casernes appartenant à l’armée régulière libyenne ou aux brigades du Général dissident Khalifa Hafter.

Avant une intervention à grande échelle, l'Algérie et l'Egypte ont déjà commencé une intervention graduelle par le biais de bombardements aériens de sorte à empêcher la progression des groupes terroristes qui marchent sur la capitale Tripoli. Les deux puissances régionales auraient opéré, selon Euronews, des attaques aériennes autour de la capitale libyenne pour l’armée algérienne, et à Benghazi pour l’aviation égyptienne.

L'axe Alger-Le Caire

Cette coopération algéro-égyptienne ne date pas d’aujourd’hui. Tout a commencé lors de la visite effectuée par le président égyptien, Abdelfettah El-Sissi, à Alger en juillet denier. Le chef de l'Etat effectuait à cette occasion sa première sortie internationale depuis son élection un mois plus tôt. C’était lors de cette visite, qui a duré quelques heures que le travail de fond a été effectué entre les services de renseignements des deux pays.

Depuis cette rencontre entre les deux chefs de l'Etat, la coopération sur le plan du renseignement s’est accentuée et les experts des deux pays échangent des visites régulières ces dernières semaines. Cela est devenu même une nécessité depuis que les deux armées ont découvert des plans dangereux de groupes djihadistes qui projettent de s’attaquer à des cibles égyptiennes et, accessoirement, algériennes. C’est d’ailleurs ce que vient de confirmer le porte-parole de l’armée libyenne, Mohamed El-Bachir qui a mis en garde contre le danger de la progression des islamistes en Libye. "Si les autorités libyennes perdent la bataille de Tripoli, c’est la porte ouverte aux attentats terroristes dans les pays voisins, l’Algérie, l’Egypte et la Tunisie", a-t-il dit, selon des agences de presse.

Reste à savoir si pour des raisons politiques, l’intervention militaire algérienne en Libye ne soit entourée de discrétion.

 

Read more http://www.algerie-focus.com/blog/2014/08/larmee-algerienne-sur-le-point-dintervenir-en-libye/

Partagez cet article

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn