Les chaînes de télévision privées ne diffuseront plus d’images du championnat de football des Ligues 1 et 2 ainsi que celles de la Coupe d’Algérie. La Ligue de football professionnel (LFP) a pris cette décision suite à la montée au créneau de la télévision publique algérienne qui a interpellé la LFP pour faire valoir ses droits payés au prix fort. Le coup de sang de la télévision publique intervient dans un contexte difficile marqué d’abord par l’intrusion des chaînes privées qui ont grignoté un espace considérable dans ce champ et ensuite par l’annonce de l’arrivée prochaine d’un sérieux concurrent, en l’occurrence BeIN Sports (ex-Al Jazeera). Après des années d’attente, la chaîne satellitaire qatarie a obtenu le feu vert des autorités algériennes pour l’ouverture d’un bureau à Alger. La chaîne du Golfe n’a pas perdu de temps. Elle a déjà en boîte une interview du président de la LFP, Mahfoud Kerbadj, qu’elle diffusera dans sa première émission prévue la semaine prochaine. La nouvelle situation induite par la réaction de la télévision publique, détentrice des droits des rencontres de football, ainsi que l’arrivée de BeIN Sports auront un effet immédiat et négatif sur les chaînes privées qui ne pourront plus diffuser d’images des matchs de football national si au préalable elles ne négocient pas avec l’«unique» pour l’achat des droits de retransmission. Interrogé sur cette question, Djamel Oumedour, rédacteur en chef du service des sports de la chaîne Echourouk, indique : «Nous avons entendu par ouï-dire que la Ligue a instruit les responsables des stades pour interdire aux chaînes privées de prendre des images lors des matchs. Pour le moment, nous n’avons pas été saisis officiellement de cette décision.» Pour sa part, le président de la LFP, Mahfoud Kerbadj, précise : «A la demande de la télévision algérienne détentrice des droits de retransmission des rencontres de football, la Ligue a instruit les responsables des enceintes sportives d’interdire l’accès et l’enregistrement d’images aux chaînes privées, et ce, dans le souci de réduire totalement le préjudice subi par la télévision publique. Il est inconcevable que des chaînes qui n’ont pas acquis des droits de retransmission de matchs puissent diffuser des images qui sont la propriété exclusive de la télévision publique algérienne. Ces droits lui appartiennent à partir du moment où elle les a payés.» L’arrivée de BeIN Sports va totalement modifier la donne. Le contrat d’exclusivité que détient la télévision publique s’achève dans quelques semaines. Les droits du championnat, de la Coupe d’Algérie et des matchs des sélections nationales à domicile seront mis en vente avant le début de la nouvelle saison. Il y a aura automatiquement une consultation pour la vente et l’achat des droits de retransmission des rencontres de football. «L’unique» aura des difficultés pour préserver sa position dominante. Elle aurait acquis les droits (pour la période 2012-2013 et 2013-2014) pour environ 40 millions de dinars. BeIN Sports va probablement casser sa tirelire pour acquérir le maximum de droits. La Ligue mettra en vente des lots qui ne sauront échapper à la chaîne satellitaire qui a pour stratégie d’écraser tous ses concurrents grâce à son aisance financière qui a fait plier l’échine de télévisions européennes. La première victime de l’arrivée de BeIN Sports sur le marché algérien sera … le téléspectateur algérien qui subira la logique implacable du Pay Per View. Si jusqu’à aujourd’hui, il pouvait suivre les rencontres du championnat national sans débourser un dinar, demain il sera contraint d’acheter une carte pour pouvoir le faire. Une véritable révolution qui fera certainement grincer des dents.  

Source de l'article: http://www.elwatan.com/sports/droits-de-retransmission-des-matchs-la-bataille-va-faire-rage-29-04-2014-255288_110.php

Partagez cet article

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn